OVERFLOW
France Vallicioni

Exposition du 22 août au 20 septembre 2008
Vernissage le 22 août à 18h

A propos: 

      L'enfer, c'est les cygnes

      Overflow dépassement de capacité. Erreur se produisant faute de place pour stocker toute l'information.
      Pour son exposition à la galerie Artem, France Valliccioni réunit avec Overflow un ensemble de dessins ainsi qu'une pièce sonore intitulée Egogodanseur.
      Dans la pénombre de la pièce centrale de la galerie, les nappes d'une musique électronique et deux voix qui s'expriment simultanément. Il y est question de cygnes, de guerre, de pigeons de destruction massive et de vaisseau spatial en perdition. Une armée de cygnes creusent un sillon dans le goudron tandis qu'un autre, gigantesque, défie la pesanteur renversé au plafond d'une entreprise. Des « porteuses d'eau » alimentent son bassin en un rituel insensé.
      Les fragments de phrases et de narrations s'assemblent, coïncident parfois,  dérives d'un sujet aux identités multiples, fantaisies d'un ego fait de restes, à la recherche d'une expression impossible : « pas de balcon qui convienne. La poésie noire des propos emprunte parfois au répertoire des sous-menus (« forcer le soleil », « état de l'ami », etc.). Une lumière de dance floor vibre avec le tempo.

      Dans les autres pièces, une série de dessins, majoritairement noir et blanc, silhouettes de cygnes, généralement sans tête, seuls ou assemblés en rituels étranges, émettant des volutes délicates ;  des « portraits d'image en cygne » traités le plus souvent dans une graphie serrée et répétitive,  plumes, cellules ou pixels  ainsi qu'un wall painting « suspendu » au plafond.

      Seul à part, un grand format se détache. Différent des autres car presque entièrement recouvert d'une graphie très dense, compulsive, entre paysage et masse de données dotée d'une vie propre.   

      Overflow, dans une économie de moyens techniques, (dessin, enregistrement, wall painting) parle d'un certain rapport aux technologies de l'information. Le cygne, animal  omniprésent dans l'exposition n'est que le prétexte à mettre en scène une attention déformée portée au monde contemporain. Un monde où la surcharge informationnelle transforme les sujets en « egogodanseurs » en peine d'individuation. 

      *composée par E. Delpy

Galerie Artem
16 rue St Catherine
29000 Quimper
02 98 53 27 29
galerie.artem@wanadoo.fr
www.galerie-artem.org